You are currently viewing Comment mener une enquête publique sur la rénovation énergétique ?

Comment mener une enquête publique sur la rénovation énergétique ?

Il faut prévoir une enquête comportant quatre parties.

Une introduction avec des questions personnelles…

… Comme le titre ou le poste, pour obtenir un aperçu des parties prenantes, où elles sont basées, les organisations auxquelles elles appartiennent et des informations locales sur leur domaine d’action et leur impact. 

La partie principale couvrait les connaissances existantes et les compétences professionnelles…

… Sur la manière dont les plans d’action énergétique, les mesures de rénovation et les réglementations européennes étaient mis en œuvre dans la municipalité, la ville ou le comté concerné. Les questions vont de la connaissance de la directive européenne sur l’efficacité énergétique (EED), de la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments (EPBD) et d’autres politiques européennes, à la façon dont ces réglementations affectent le travail quotidien des participants et à quel point ils sont intéressés par d’autres thèmes de l’efficacité énergétique. 

Des questions sur les expériences du participant…

… Avec la mise en œuvre pratique de mesures de rénovation en profondeur et d’efficacité énergétique. En outre, les enseignements tirés et les observations concernant les avantages plus larges de la rénovation et des investissements liés au climat ont été évalués.

Evaluer le suivi et l’évaluation des projets d’efficacité énergétique et de rénovation profonde mis en œuvre.

Le questionnaire se compose principalement de types de questions ordinales soigneusement sélectionnées (le répondant a plus de deux options ordonnées), de réponses oui et non et de types de questions continues (le répondant est présenté avec une échelle continue) et prenait en moyenne 10 minutes à remplir.

Certaines questions ouvertes avec des réponses « libres » sont traduites en anglais afin de faciliter l’évaluation. L’enquête se concentre sur le travail des départements/institutions dans leur ensemble et sur leurs expériences, connaissances et influence en matière d’efficacité énergétique et de mesures de rénovation des bâtiments.

Le questionnaire ne peut générer qu’un premier aperçu ; une analyse plus approfondie sera effectuée par le biais de consultations personnelles, de webinaires et d’entretiens directs lors du suivi des lots de travail.

267 participants des six pays partenaires et instituts internationaux ont été comptés.

Dans l’ensemble, un retour d’information bien réparti de diverses institutions et départements a été recueilli. Seuls deux répondants ont répondu en anglais et ils représentent des organisations de l’UE.

236 (sur 267) institutions régionales et locales ont répondu aux questions d’efficacité énergétique et de rénovation en profondeur, couvrant principalement les services de construction, d’énergie ou de développement dans les villes et les municipalités.

L’enquête atteint 115 municipalités et villes différentes. Cela garantit que de nombreux agents publics, départements et institutions de diverses régions des pays cibles ont été contactés et qu’un large éventail de commentaires a été collecté.

La plupart des répondants voient l’objectif de leur travail et l’impact de leurs projets dans la zone locale, suivis des zones nationales et régionales.

Surtout en Serbie, la majorité des personnes interrogées se concentrent sur le travail au niveau national. En Roumanie, en Bulgarie et en Allemagne, les activités régionales et nationales sont au deuxième rang, ce qui renforce le rôle crucial des activités des parties prenantes dans l’environnement local.

Il faut supposer que l’un des principaux moteurs de la mise en œuvre de l’efficacité énergétique au niveau local et régional est cette décision les décideurs connaissent les concepts et politiques européens en matière d’efficacité énergétique.

Les règlements de l’UE tels que l’EED ou l’EPBD doivent être mis en œuvre à toutes les étapes du processus d’élaboration des politiques. Quelle est donc la profondeur des connaissances des parties prenantes dans les pays participants.

Les connaissances sont-elles suffisantes pour intégrer activement l’efficacité énergétique et la rénovation en profondeur dans les décisions et les plans d’action quotidiens ?

20 % des personnes interrogées ont une connaissance détaillée des réglementations européennes ou autres traitant de l’efficacité énergétique. Seulement 5 % ont indiqué qu’ils n’avaient jamais entendu parler de ces politiques. Lors de l’analyse croisée avec le type d’institutions, en particulier les autorités publiques au niveau local et régional indiquent à 40% qu’elles ont une connaissance moyenne des réglementations de l’UE. Seuls 9 à 15 % pensent avoir des connaissances détaillées. Cela devrait être changé entre autres avec ce projet.

A l’inverse, les autorités nationales et, étonnamment, les organismes privés déclarent à 37 % qu’ils connaissent en détail les politiques d’efficacité énergétique. En l’analysant avec la zone locale de travail et d’impact, des résultats similaires sont visibles. Alors que seulement 13% des parties prenantes travaillant principalement dans des cadres locaux et régionaux ont indiqué avoir une connaissance détaillée des réglementations européennes, 50% des parties prenantes travaillant principalement sur une base nationale ou européenne indiquent une connaissance détaillée de ces politiques.

Laisser un commentaire